Et les finalistes 2020 sont…

Une bête au paradis, Cécile Coulon,  Éditions L’iconoclaste, Paris.
L’effroi du Gévaudan, Jacques Hénaux, Éditions TDO, Pollestres.
Le sourire du scorpion, Patrice Gain, Éditions LE MOT ET LE RESTE, Marseille.
Tu ne te vengeras point…, Véronique Chouraqui  Éditions, TDO, Pollestres.
La carte des regrets, Nathalie Skowronek, Éditions Grasset, Paris.
Par les soirs bleus d’été, Franck Pavloff, Éditions Albin Michel, Paris.

Le lauréat sera dévoilé le vendredi 20 novembre 2020 dans la mesure du possible et en fonction des conditions sanitaires imposées.

Découvrez les ouvrages participants en 2020

Dans l’ordre de réception :

  • Une bête au paradis, Cécile Coulon, Éditions L’iconoclaste, Paris.
  • La jeune fille au chevreau, Jean François Roseau, Éditions De Fallois, Paris.
  • Un amour de Facebook, Gérard Amaté, Éditions Jean Paul Bayol, Alès.
  • L’effroi du Gévaudan, Jacques Hénaux, Éditions TDO, Pollestres.
  • Le sourire du scorpion, Patrice Gain, Éditions LE MOT ET LE RESTE, Marseille.
  • Tu ne vengeras point…, Véronique Chouraqui Éditions, TDO, Pollestres.
  • Le secret de Théophile, Gérard De Negri, Éditions De Borée, Riom.
  • Le mystère de la Verdière, René Barral, Éditions De Borée, Riom.
  • La Fille du causse, Guy Charmasson, Éditions De Borée, Riom. (Hors compétition)
  • Dans les eaux du castor, Michel Hayotte, Editions L’Imprévu, St Jean du Gard.
  • Destinées Cévenoles, Annie Beaubert-Bousiges, Éditions LA FENESTRELLE, Brignon.
  • La carte des regrets, Nathalie Skowronek, Éditions Grasset, Paris.
  • Saisons Cévenoles, le ruisseau de trabassac, Fréderic Monod, Editions Ampelos, Paris.
  • Par les soirs bleus d’été, Franck Pavloff, Éditions Albin Michel, Paris.
  • Serranas, Silvan Chabaud, Éditions Jorn, Montpeyroux. (Hors compétition)

Retour sur la 33e édition du prix littéraire Cévennes du Cabri d’Or 2019 !

Le vendredi 8 novembre 2019, le jury du Cabri d’or, présidé par Marion Mazauric, a décerné le Prix littéraire Cévenol 2019 à Vanessa Bamberger pour son roman Alto Braco, publié aux Éditions Liana Levi (voir l’édition 2019).

Pour la première fois depuis la création de ce prix littéraire, le jury a décidé de décerner un prix spécial à l’ouvrage Nuits des Cévennes, co-édité par le Parc national des Cévennes et les Editions du Rouergue (https://www.cevennes-parcnational.fr/fr/actualites/nuits-des-cevennes-recoit-le-prix-special-du-jury-du-cabri-dor).

Le Prix du Cabri d’or s’adresse, au-delà des lisières et des démarcations, à «toutes celles et ceux qui se sont laissés émouvoir» par l’une ou l’autre des multiples réalités cévenoles. Pour chaque auteur et pour chaque éditeur, participer à la sélection du Cabri d’or, c’est pouvoir accéder à la nomination sur la liste des finalistes du Prix et peut-être atteindre la première place. Mais dans tous les cas c’est à coup sûr aller à la rencontre de nouveaux lecteurs.

Le Cabri d’or attire de plus en plus d’éditeurs nationaux, comme Albin Michel, Seuil, Buchet-Chastel – qui ne se préoccupent pas forcément des endroits décentralisés, note Marion Mazauric. Un rayonnement qui confirme la progression du prix littéraire cévenol. Globalement ce sont des romans assez sombres, qui s’intéressent tous à des questions humaines, sociales et qui ne manquent pas de profondeur», il y a un vrai regain d’intérêt pour une littérature qui puise dans le terroir et pour des valeurs de simplicité propres aux territoires ruraux, déclare Marion Mazauric.

Pour comprendre les liens qui unissent à travers les générations et les vies éparpillées des personnes originaires des montagnes, des vallées et des plateaux retirés comme les Cévennes et les Causses, Vanessa Bamberger a créé le personnage d’une citadine qui va découvrir en même temps que les secrets de sa famille, les secrets d’une terre complexe. Alto Braco est le second livre de cette jeune auteure heureuse d’avoir obtenu avec le prix du Cabri d’or la reconnaissance de l’universalité de son écriture. Il s’agit d’un livre très sensoriel, dit Vanessa Bamberger, et elle souhaite qu’à travers sa lecture les lecteurs retrouvent ou découvrent les émotions propres à ces terres du bout du monde.

Pascal Martinez
Président de la commission d’organisation du Cabri d’or


 

Ouvrages retenus et finalistes en 2019…

Découvrez les 13 ouvrages qui ont été retenus cette année :

  • Alto Braco, Vanessa BAMBERGER, Éditions Liana LEVI, Paris
  • Les mal-aimés, Jean-Christophe TIXIER, Éditions Albin MICHEL, Paris
  • Justice en pays cévenol, Françoise DUSSAULT, Éditions Complices, Les Plantiers
  • Les imprudents, Olivier BERTRAND, Éditions du Seuil, Paris
  • La lettre à Émilie, René BARRAL, Éditions De Borée, Riom
  • Qui a tué l’homme-homard ?, Jean-Marcel ERRE, Éditions BUCHET CHASTEL, Paris
  • Au temps de la male bête, Lucien VASSAL, Éditions Paul TACUSSEL Marseille
  • La vie de radeau, Jacques LIN, Éditions LE MOT ET LE RESTE, Marseille
  • Le réveil dans les Cévennes Viganaises, Jean-Louis PRUNIER, Éditions AMPELOS, Maisons-Laffitte
  • Nuits des Cévennes, Parc National des Cévennes, Éditions Le Rouergue, Paris
  • Gaz de schiste, Non merci !, Pierre CHANTE, Éditions LA FENESTRELLE, Brignon
  • L’affaire de Saint Cosme, Colette et Jean DELEUZE, Éditions LA FENESTRELLE, Brignon
  • Jamais tu ne verras Venise !, Thierry DAULLÉ, Éditions DU LYS BLEU, Paris

Parmi ces 13 ouvrages, le jury a retenu 9 finalistes :

  • Alto Braco, Vanessa BAMBERGER, Éditions Liana LEVI, Paris
  • Les mal-aimés, Jean-Christophe TIXIER, Éditions Albin MICHEL, Paris
  • Les imprudents, Olivier BERTRAND, Éditions du Seuil, Paris
  • La lettre à Émilie, René BARRAL, Éditions De Borée, Riom
  • Qui a tué l’homme-homard ?, Jean-Marcel ERRE, Éditions BUCHET CHASTEL, Paris
  • Au temps de la male bête, Lucien VASSAL, Éditions Paul TACUSSEL Marseille
  • La vie de radeau, Jacques LIN, Éditions LE MOT ET LE RESTE, Marseille
  • Nuits des Cévennes, Parc National des Cévennes, Éditions Le Rouergue, Paris
  • Jamais tu ne verras Venise !, Thierry DAULLÉ, Éditions DU LYS BLEU, Paris

Le lauréat de cette 33e édition du Cabri d’Or sera désigné parmi ces 9 auteurs et sera dévoilé à l’occasion d’une cérémonie le 8 novembre 2019 à 11h à la Mairie d’Alès…

Retour sur la 32e édition du Cabri d’Or en 2018

Attribution du 32ème Cabri d’or, prix littéraire 2018 de l’Académie cévenole, à Vincent Ravalec pour son livre Sainte Croix les Vaches

Le mercredi 14 novembre 2018, le jury du Cabri d’or, présidé par Marion Mazauric, a décerné le Prix littéraire 2018 de l’Académie cévenole à Vincent Ravalec pour son roman Sainte Croix les Vaches, publié aux Éditions Fayard. Sur les vingt-trois ouvrages en compétition cette année, onze finalistes avaient été retenus pour participer à la compétition finale.

Le jury a délibéré à huis clos, de 9 à 11 heures. À l’issue de cette délibération, Mme Mazauric et les membres du jury ont rejoint la salle des États de la Mairie. Le Président d’Alès Agglomération, Max Roustan et le Président de l’Académie cévenole, Robert Aguillou, ont ouvert la cérémonie en soulignant le succès grandissant du Prix auprès du public et des professionnels du livre.

Prenant ensuite la parole, Marion Mazauric, Présidente du jury, a présenté les finalistes, parlant du contenu et de l’auteur de chaque oeuvre. Elle annonça ensuite le titre de l’ouvrage couronné en donnant des précisions sur les qualités de l’oeuvre et sur le choix du jury. Elle évoque l’écriture de Vincent Ravalec en soulignant « sa façon de ne pas se prendre au sérieux dans la littérature, de raconter à la fois des histoires populaires (…) mais très profondes et pleines de sens ». L’auteur, en recevant son prix, explique le caractère « fort et mystérieux » du territoire cévenol, « très inspirant pour un écrivain (…) lié au sol, à la terre, à la roche (…) et qui peut être très romanesque »…

Le Prix du Cabri d’or s’adresse, au-delà des lisières et des démarcations, à « toutes celles et ceux qui se sont laissés émouvoir » par l’une ou l’autre des multiples réalités cévenoles. Pour chaque auteur et pour chaque éditeur, participer à la sélection du Cabri d’or, c’est pouvoir accéder à la nomination sur la liste des finalistes du Prix et peut-être atteindre la première place. Mais dans tous les cas c’est à coup sûr aller à la rencontre de nouveaux lecteurs.

Pour cette raison, nous avons confié cette année à l’Ecole Régionale du Numérique d’Alès Agglomération la création de ce site internet et d’une page Facebook dédiés au prix.

C’est un bel outil de communication que nous avons maintenant mais également une mémoire pour celles et ceux (auteurs, éditeurs, lecteurs, libraires, bibliothécaires…) qui font vivre le Prix du Cabri d’or depuis sa création en 1984 et sa renaissance en 2010.

Et comme les bonnes nouvelles aussi peuvent arriver en série, le réalisateur Dominik Moll adapte au cinéma le roman de Colin Niel, Seules les bêtes, lauréat du Cabri d’or 2017, paru aux éditions du Rouergue. Le tournage a débuté à Sète le jeudi 10 janvier et se poursuivra en Lozère sur plusieurs semaines. Le jury a donc eu une bonne intuition en récompensant ce roman qui évoque la solitude des habitants de nos contrées cévenoles en reliant le récit au continent africain.

Au moment où j’écris ces lignes j’ai aussi la satisfaction d’apprendre qu’une suite vient de paraître aux éditions Fayard pour Sainte Croix les Vaches. Le deuxième tome de l’ouvrage qui a conquis le Jury et qui a obtenu le Prix du Cabri d’or 2018 s’intitule Le retour d’Horace. L’aventure continue donc pour le Prix de l’Académie cévenole.

Pascal Martinez
Président de la commission d’organisation du Cabri d’or

Les 11 ouvrages finalistes pour 2018 ont été dévoilés !

Ce mercredi 12 septembre, le jury du Cabri d’Or s’est réuni afin de sélectionner les 11 ouvrages finalistes (sur les 23 ouvrages sélectionnés) pour concourir au 32e prix littéraire du Cabri d’Or.

Ces ouvrages ont été dévoilés lors d’une conférence de presse ce même jour en mairie d’Alès, en présence du Président d’Alès Agglomération, du Président de l’Académie Cévenole, de la Président du Cabri d’Or et du Président du jury :

« Les souffleurs de verre », de Mireille Pluchard
« Toutes blessent, la dernière tue », de Karine Giebel
« La bête qui mangeait le monde », d’Antoine Nochy
« Du feu de Dieu », de Daniel Hébrard
« Une incroyable prédiction », de Françoise Dussault
« Sainte Croix Les Vaches », de Vincent Ravalec
« Simple mortelle », de Lilian Bathelot
« Encore vivant », de Pierre Souchon
« Le petit camisard », d’Alain Bellet
« Mourir pour les houillères », de Bernard Collonges
« La lumière de la garrigue », de Jean Pey

Le lauréat du prix sera désigné le 14 novembre 2018…